06 janvier 2012

Ecrire la première scène d'un livre

Ça y est ! J’ai terminé la correction de mon manuscrit… Je devrais être ravie et sauter au plafond mais malheureusement, je ne ressens aucun soulagement. Pourquoi ? Parce que je n’en ai pas encore terminé avec ce satané roman ! En effet, alors que j’aurais dû profiter d’un répit durement gagné après un an de labeur, souffler, laisser mon livre « refroidir » (comme un plat) dans mon ordinateur, je suis obligée de le remanier à nouveau. Pour la 15 657ͤ  fois ! Oh là là, je vais peut-être craquer. Mais je n’abandonne pas. Je m’accroche à mes feuilles comme une moule à son rocher.

Hier, je me suis dit que la scène d’ouverture clochait. Non pas d’un point de vue stylistique, mais au niveau de l’histoire. Après une dernière relecture, j’ai réalisé que ma scène était trop comique pour un livre principalement fantastique, qui repose entièrement sur une grande histoire d’amour. Cet incipit ne rendait pas justice à l’ensemble du roman. Il encourageait le lecteur à en espérer autre chose, à se fourvoyer dans une mauvaise direction. Certes, les personnages étaient correctement décrits et campés (à mes yeux, du moins)… mais ce n’était pas un bon départ. Comme si je donnais un peu une fausse piste (sans le faire exprès).

Je me suis donc lancée dans l’écriture d’une nouvelle première scène. Une entreprise assez curieuse car le reste du roman est intégralement rédigé, et je n’ai plus rien à y redire. Bien-sûr, on m’objectera qu’un livre n’est jamais terminé. Et on aura raison ! Un auteur a toujours envie de retoucher, de remanier une phrase, de remodeler les contours d’une personnalité… mais à un moment donné, pour la paix de l’esprit, il faut apprendre à « lâcher le morceau » ! Même si c’est super dur !

Une nouvelle fois, j’ai écrit un plan complet, avec un petit story-board à l’appui, et j’ai accouché d’une scène qui me semble mieux correspondre au livre. Elle pose d’une façon plus concrète et directe les lignes directrices du roman (sans trop en dévoiler d'un coup, pour ménager le suspens). On sait qu’il va s’agir d’une histoire d’amour/fantastique et un unique personnage assure la note comique.

Il n’y a RIEN de plus difficile qu’écrire la première scène d’une œuvre. C’est la partie la plus casse-cou pour moi. Je déborde d’idées et je peux vite partir dans tous les sens. Comme je sais par avance tout ce qui va advenir, je ne pense pas toujours à préciser ma pensée, à présenter des personnages que je connais déjà par cœur. J’oublie que le lecteur n’est pas dans ma tête et ignore tout de mes précieuses notes préparatoires ! C’est terrible. J'ai aussi la sensation d'être "balourde" avec les indications de temps et de lieux, et le passé des personnages. Je voudrais qu'on apprenne toutes les choses délicatement, l'air de rien. Et pas : "il était brun, il avait 30 ans, il habitait là et il n'aimait pas les haricots verts" !

Hier soir, j’éprouvais d’ailleurs un stress pas possible à l’idée d’écrire mon ouverture ce matin. Dieu merci, c’est maintenant derrière moi ! J’ai d’ailleurs dressé une liste des principales étapes qui ont été nécessaires à ma première scène (sans ordre particulier, tout se faisant de concert) :

1) Présenter les personnages (moralement et physiquement, par des actes, paroles, descriptions, etc.)

2) Exposer la situation (lieu, temps, époque, etc.)

3) Nouer l’intrigue (quel est le but, la quête du livre ?)

4) Eveiller l’intérêt (donner envie au lecteur de tourner les pages)

5) Etablir le genre du roman (amour et fantastique dans mon cas)

6) Surveiller mon style (comme pour tout le livre !)

Une première scène, c’est un pacte de lecture établi avec un lecteur, et il ne faut pas trahir sa confiance ni le décevoir en cours de route. J'espère avoir bien réussi mon pari mais je ne peux pas me juger très objectivement (en général, je trouve toujours mon travail nul ou... très nul).

A présent, il ne me reste plus qu’à corriger ma scène et l’insérer dans le livre, en retouchant quelques phrases, disséminées de-ci, de-là dans le livre, pour opérer les raccords. J’ai l’impression d’être un metteur en scène qui s’assure de la cohérence de tous les plans ! Et ce n’est pas faux, même si mon film à moi se tourne avec des mots. Toutefois, je n’abandonne pas l’idée de publier un jour mon ex-première scène, parce que je l’aimais bien malgré tout. Je la posterai peut-être sur ce blog, au titre de « cut scene ». Comme ça, tout le monde pourra me donner son opinion, ce serait chouette. Quant à la vraie première scène, j’espère que vous pourrez la découvrir lors de la publication de mon livre.


Commentaires sur Ecrire la première scène d'un livre

    Moi je serais plus que ravie de te donner mon opinion sur cette première scène! Elle parlait de quoi?
    Ensuite, je trouve ça marrant la comparaison que tu fais entre écrire un livre et réaliser un film. Parce que c'est vrai que dans les deux cas, la toute première scène à intêret à être drôlement accrocheuse pour retenir l'attention du lecteut/spectateur!
    Amitiés.

    Posté par Amanda, 07 janvier 2012 à 13:50 | | Répondre
  • j'aime bien votre bllog

    Quel travail! J'aimerais bien me lancer dans l'éctrituree d'un livre moi aussi mais je doute de mes capacités alors je vais souvent sur internet chercher l'inspiration sur des sites de jeunes auteurs ou d'écrivains amateurs et je trouve ça très instructif.

    Posté par Virginie, 09 janvier 2012 à 13:59 | | Répondre
  • Osez !

    Il faut vous lancer, Virginie ! Je ne connais rien de plus gratifiant que l'écriture (en plus, c'est la seule activité artistique qui ne coûte aucun argent, contrairement au cinéma ou à la musique). Commencez d'abord par écrire une nouvelle ou un premier chapitre pour évaluer vos capacités sur la distance. Et surtout, amusez-vous !
    Quant à Internet, il est vrai que certains blogs sont truffés de bons conseils. Certains m'ont beaucoup aidée.
    Bonne chance dans votre projet !

    Posté par Clara Jacob, 10 janvier 2012 à 15:34 | | Répondre
  • @ Amanda : la première scène parlait d'un strip-tease masculin ! Si, si ! Elle était assez rigolote (du moins, selon moi) mais elle donnait une idée trop comique du livre, qui n'est pas basé sur l'humour. En plus, j'ai eu peur d'effaroucher les lecteurs des maisons d'édition. Même s'ils en ont vu d'autres, je me suis dit que c'était un peu fort pour démarrer un livre !
    Un jour, je la mettrais sans doute sur ce blog pour que vous me donniez votre avis (même si j'appréhende un peu les réactions).

    Posté par Clara Jacob, 10 janvier 2012 à 15:39 | | Répondre
Nouveau commentaire